so_ham_mantra

Il est 8h05 du matin. 8h05 du matin et j’ai déjà ri, peut être une dizaine de fois, mais je ne compte pas. J’ai salué le voisin qui s’exclamait plaisantin « déjà des cours à cette heure-ci ! », j’ai envoyé un mot doux pour un réveil plein d’amour à quelqu’un que j’aime, un autre à un de mes élèves que j’avais oublié de remercier pour une gentille attention, et en retour, tout autour de moi, j’ai assisté à un levé de soleil tout rose. J’ai fait un détour avant de rentrer à la maison, pour m’imprégner un peu plus du frais de ce matin, j’ai câliné le chat en rentrant, et l’ai regardé jouer par la fenêtre en buvant un thé tout aussi doux et enfantin que ce début de journée.

 

Et avant même d’avoir fait tout ça, j’ai déclaré mon amour à la personne que j’aime le plus au monde, mais aussi mon pardon à celle qui m’a fait le plus souffrir et que j’aime le moins. J’ai voyagé à presque 10000 kilomètres pour regarder le coucher de soleil de Srirangapatna, et également un peu dans le cosmos. J’ai avancé dans mon projet jusque dans le futur pour le voir accompli et pourtant je suis bien à Paris, et la journée commence à peine.

img_7509

img_5612

Je m’explique. Depuis peu, je suis en train de mettre en place un nouveau rituel. Je me rends le matin pour suivre une méditation guidée. Assise en tailleur, le dos bien redressé, je joins les paumes de main devant le cœur pour chanter le son Omm puis j’écoute les mots d’un professeur comme mes élèves écoutent les miens. J’absorbe ses mots pour revenir à mois, pour ressentir. Je prends alors conscience de mon assise, de mon souffle, puis nous traversons avec conscience nos différentes zones énergétiques, nos différents chakras, et je regarde, j’observe ce qui s’y passe : j’observe d’abord l’énergie vitale, le kundalini s’éveiller dans le bas de ma colonne, puis visualise mes doutes et mes obstacles dans l’abdomen pour doucement les laisser s’en aller alors que ma force intérieure, elle, grandit. Je remonte au cœur pour partager mon amour avec ceux que j’aime le plus, et ceux que j’aime le moins, avant d’arriver au troisième œil et j’entends la voix de mon professeur qui dit : « observez ce magnifique paysage que vous avez imaginé la dernière fois que vous êtes venue dans cet endroit » et me voilà en quelques secondes en Inde où j’entends les oiseaux, je vois les feuilles des cocotiers bouger doucement avec le vent, le soleil se coucher progressivement dans le ciel rose et bleu. Et quand je remonte encore plus haut, sur le sommet de ma tête, me voilà consciente de l’immensité, de l’univers et de tout ce qui m’entoure. J’accompagne chacune de mes respirations du mantra « Soham ». Sur l’inspire je me redresse et m’élève un peu plus, prononçant intérieurement le son So, et j’expire le son ham, m’étendant, rayonnant un peu plus, vers l’extérieur. Soham signifie « je suis cela ». Je suis moi, tout ce qu’il y a en moi, mais je suis également tout autour de moi. Je suis un tout et participe à un tout.

so_ham_mantra

so_ham

Durant cette méditation, ce n’est pas toujours facile. Il arrive au mental de vouloir faire sa loi, parfois l’assise est un peu plus pénible, et parfois même il n’y a rien. Parfois quand j’observe, je vois des choses désagréables, je touche des points sensibles, certains qui font mal. Comme si je soulevais des pierres, pour regarder ce qu’il y a en dessous. Et peu importe. La méditation est sans but, sans objectif de performance, simplement peut être celui d’être un peu plus présent, un peu plus conscient, et éventuellement, un jour, un mot, un mantra, une respiration va résonner plus fort et alors peuvent débuter des voyages à l’autre bout du monde en quelques secondes, sans jet lag ni avion J.

Je donne des méditations et des cours de pranayamas, c’est un moment que j’adore partager avec mes élèves et que je chérie. Même mes cours de yoga les plus dynamiques, comprennent un petit moment méditatif glissé de part et d’autre, mais avec cette méditation, me voilà élève privilégiée à mon tour et quel grand bonheur. J’ai trouvé la méditation qui me fait du bien, mon nouveau rituel à cultiver et ça me donne tout un tas d’idées…